un souvenir de Nulle-part

Il pleut

observation en pensée des impacts sur le bitume

Première séquences pluvieuse prolongée depuis un bon moment. Le Canigou doit sans doute blanchir à nouveau mais la nuit et les nuages remettent la surprise à demain si le plafond ne se révèle pas trop bas.

Le bruit de gouttes m’apaise. Il me permet de taper ces premières lignes, de saisir au vol quelques pensées et de les épingler dans mon journal.

Sur le plan général

Les fêtes de Noël et du nouvel an sont passées, S. a été chez la dentiste ce qui fut éprouvant pour tout le monde mais un bonne chose également. É. a validé son premier semestre de la capacité en droit et va achever le première semaine du second et dernier. Elle a tellement envie d’une place en L1 que lui permet d‘envisager une équivalence bac en cas de validation de ce dernier semestre…

Nous avions pour le moment tous les quatre échappés à la plupart des virus de cet hiver jusqu’à ce que M. soit clouée au lit lundi et mardi passés.

Sur le plan professionnel

Les choses sont calmes pour moi. Pas mal de plans et de projets en suspens.

La nuit est passée

Les derniers nuages se dissolvent dans un bleu dense. L’effet hypnotique des précipitations a fonctionné et m’a offert une bonne nuit de sommeil. J’ai presque l’impression d’avoir les idées claires tandis que je consomme un premier café puis de l’eau gazeuse pour faire glisser les dernières miettes de viennoiserie.